Image for post
Image for post
Incipit du film Alerte (“Outbreak”) de Wolfgang Petersen — 1995

[cet article a été écrit entre le 8 mars et le 8 novembre 2020]

Commençons par une analogie : un virus, c’est comme un être humain. C’est un organisme vivant qui est hébergé par un écosystème fermé, et dont il se nourrit. Comme un être humain, c’est un objet, par essence, ni bon, ni mauvais, ni neutre. Il ne sait que ce que son patrimoine génétique veut bien lui apprendre, et son seul objectif dans la vie, c’est la survie. Il n’est ni bon, ni mauvais : il fera ce à quoi son écosystème le contraint. …


Image for post
Image for post
Chen Danqing, Tears Flooding the Autumnal Fields, 1976

Il y a 2 ans, l’entreprise pour laquelle je travaillais, fabernovel, se portait acquéreur de Velvet, une entreprise shanghaienne fondée par un Français.

À cette occasion, quelques consultants parisiens eurent la chance de partir découvrir Shanghai, d’y rencontrer des entrepreneurs, universitaires, représentants de grands groupes ou de startups. Mais, plus que ces entretiens, nous partîmes découvrir une civilisation, une planète sur la planète. 1.4 milliards d’humains quasi coupés du monde extérieur, dans une économie des 30 glorieuses à l’époque du mobile.

Lorsqu’on est français, biberonné à la 4e puissance du monde, à l’histoire romanesque de sa construction, à ses inventeurs, penseurs, découvreurs, on se regorge d’être le berceau de la civilisation, et on persévère dans notre idée d’être des phares de la pensée. Marie Curie, Picasso, la Révolution française, le TGV, Versailles, l’Encyclopédie, Pasteur, le CNR, Voltaire, la Constitution, les…


De la vérité

Image for post
Image for post

Le 1er avril, c’est le seul jour de l’année où on vérifie une info avant de la croire

Anonyme, Internet, circa 2017

On nous cache tout chantait Jacques Dutronc en 1967. Et Tout le monde ment renchérissait Massilia Sound Sytem en 2000. En 2016, le festival Futur en Seine avait anglé sa communication sur des paroles futures, mises au présent. L’une d’elles : « avant, on pouvait mentir sur ses données ». Avant, on pouvait encore plus, vu du présent. Et encore avant, et avant. Bien sûr, mais pourquoi ? Parce qu’il n’y avait pas de données.

Avant, maintenant donc, on pouvait mentir sur ses données, sur la donnée, sur l’information. Les récentes élections politiques de par le monde ont exposé le phénomène des fake news, vérité déformée, travestie, lorsqu’elles confrontent la mémoire, et son exposition. Le débat qui s’ensuit participe d’un mouvement global qui exige la vérité, au point que le mot “post-vérité” (post truth) a été élu “mot de l’année” par The Oxford Dictionnary. …


Image for post
Image for post

Le “directeur” de l’ARCEP, Sébastien Soriano, par ailleurs Président du BEREC, l’organe des régulateurs européens des communications électroniques, s’est fendu d’une tribune dans le Monde daté du 5 juillet 2017. Dans cette dernière, se félicitant de l’amende infligée par l’UE à Google, il appelle de ses vœux la fin des seigneurs de l’internet féodal (comprendre, les GAFAs) et un sursaut de l’Europe pour un bien commun d’infrastructures du Web. Pour lui, il s’agit de “s’attaquer à l’anomalie fondamentale : la domination de l’ère informationnelle par quelques géants”.

Je ne peux que souscrire à cet appel. Mais.

Si les GAFAs sont sous le feu des instances de régulation, c’est pour deux faits majeurs. …


Image for post
Image for post

Il faut beau, il fait doux. Tout est étrangement calme, après 3 mois de prise d’otages par une bande d’hurluberlus qui rejouent la bataille de Paris. Et espèrent leur bain de foule sur les Champs Elysées le 8 mai 1945. Heu, 2017.

Tout est calme, en attendant le déferlement qui recommencera à 20h00, et pour encore 15 jours. Le pays est devenu est champ de bataille pour une sorte de guerre civile, avec des irréductibles partout. On pourrait être dans une arêne, ici, à Lutèce.

Mais on n’est plus dans une arêne, on est 47 millions dans un isoloir.
C’est terrifiant, et éreintant. On se croirait au fameux dîner de Noël où toutes les sensibilités familiales se retrouvent à la même table. On se gueule tous dessus, comme dans le village d’Asterix. …


Image for post
Image for post
from http://metrocosm.com/global-immigration-map/

PokemonGo

Sauf à vivre dans une caverne depuis les 15 derniers jours, pas grand monde, qu’il soit un joueur ou pas, n’est passé à coté du phénomène Pokémon Go.

A vrai dire, ce phénomène ne date pas d’hier, puisque les créatures avaient fait le bonheur des cours de récré, des producteurs de films, d’anime ou de jeux vidéos depuis la fin des 90. Toute une génération a été biberonnée à ces monstres de poche, aux grands yeux et aux pouvoirs surnaturels, faisant suite à ses aînés, abreuvés quant à eux par les robinets à série de la Toei.


Un conte de (faber) Noël — épisode 2

[épisode 1]

Image for post
Image for post
illustration bent @fabernovel

“ Programmez une carte pour représenter la fréquence des échanges de données, un seul pixel par millier de mégabytes sur un écran géant. Manhattan et Atlanta y brillent d’un blanc éblouissant. Puis elles se mettent à palpiter, au risque que le rythme du trafic surcharge votre simulation. Votre carte est en passe de se transformer en nova. On se calme. On diminue l’échelle. Un pixel par million de mégabytes. …


Image for post
Image for post

Facebook As A State

Très vite après l’horreur du vendredi 13 novembre, facebook a mis à disposition de ses membres localisés à Paris la fonctionnalité Safety Check. Développé après la catastrophe nucléaire japonaise de 2011, pour indiquer un état “en sécurité”, le safetyCheck a été utilisé “after the recent earthquakes in Afghanistan, Chile and Nepal as well as Tropical Cyclone Pam in the South Pacific and Typhoon Ruby in the Philippines”.

La fonctionnalité n’est pas une nouveauté en soi; Google avait le premier lancé People Finder, suite au tremblement de terre d’Haïti en janvier 2010. …


Image for post
Image for post

1/ Un monde post Babel

Google s’est donc renommé Alphabet. Joli pied de nez pour une entreprise qui était auparavant un nombre (10 exposant 100). Après un pseudo infini, un espace fini. Après avoir commercialisé les mots, Google devient un ensemble de lettres.

Le retour à la langue est intéressant, tant la langue est elle-même au centre d’une des plus grandes mutations du monde. Vivante, dynamique, elle s’échappe du carcan des dictionnaires et des recommandations de l’Académie.

A l’échelle locale, la langue s’enrichit d’apports de populations étrangères.


Un conte de (faber)Noël

« La Machine rodait, inlassable. Le vent inclinait les antennes, le soleil jaunissait les feuilles des arbres, mangeait la peinture des volets, le temps ridait les hommes et endormait la Ville, mais la Machine rodait, éternelle. Elle parcourait, jour après jour, nuit après nuit, les rues larges et sèches, elle interrogeait les rares passants : “ Qui êtes-vous ? Votre nom ? Votre adresse ? Que faites-vous ici ? A cette heure ? “ Elle saluait les habitants. Elle s’introduisait dans les maisons, silencieuse, indécelable, et fouillait. Elle gardait et protégeait la Ville. »

Gérard Klein, Les Villes…

About

julien breitfeld

futur(e)(s) & beaucoup de morceaux de troll

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store